Article Carte des vinsExperience Client Digitale

La carte papier à l’heure des fêtes de fin d’année

Nous sommes en pleine période de fêtes de fin d’année, et tout restaurateur adapte sa carte de mets et boissons. Cependant, et comme chaque année, se pose la question de mise en avant des plats typiques de saison ainsi que des boissons de Noël.

Mettre en avant les produits saisonniers

Concevoir une carte papier séparée pour les fêtes semble à priori être une bonne idée.

Mais en réfléchissant un peu, c’est aussi une diversion en plus pour les clients, dont l’attention se voit partagée entre la carte des vins, la carte des cocktails, le flyer des boissons de Noël, les suggestions du jour, etc.. De plus, entre le temps de création, impression, mise en place sur les tables et formation des serveurs, on peut se poser la question de la rentabilité de l’idée.

Le papier, un support inflexible

Si on réfléchit un instant, les coûts (en terme de temps et argent) engendrés par la simple mise à jour d’une carte boissons sont tout simplement aberrants. Le simple fait qu’on ne puisse pas retirer simplement un millésime de la carte, en ajouter un autre, passer un vin au verre ou mettre en avant un produit tel qu’un nouveau cocktail est absurde et a des conséquences sur le chiffre d’affaire et la profitabilité des restaurants.

Notre très cher support papier semble confortable mais il est aussi inflexible, non écologique, et n’a aucune chance de captiver l’attention des clients contre n’importe quel smartphone ou écran.

Il y a heureusement aujourd’hui des solutions beaucoup plus simples qui permettent de gérer les cartes de boissons dynamiquement, et mettre en avant certains produits à n’importe quel moment de la journée ou du mois.

Le meilleur channel pour communiquer

A partir du moment où un restaurant décide qu’il veut sérieusement capturer l’attention de ses clients, il se rendra rapidement à l’évidence: une carte sur papier ou ardoise a peu de chance face à n’importe quel écran, qu’importe sa taille. Il suffit d’observer les clients d’un restaurant et mesurer leur temps passé sur une carte boissons sur papier par rapport au temps passé sur leurs smartphones ou écrans de télévision dans l’établissement.

Et comme toute nouvelle technologie, on trouvera un certains nombre de sceptiques qui tenteront de minimiser l’impact de ces écrans et se réfugieront dans l’excuse de la tradition contre le progrès. Nous répondrons alors à ces sceptiques que le produit d’un restaurant n’est pas sa carte, mais sa cuisine, sa cave et l’experience que l’établissement saura créer. Nous répondrons aussi qu’une carte papier est un support bien limité pour exprimer la beauté d’un plat ou l’histoire d’un vin.

Tablette, smartphone ou télévision

Le prix d’une tablette est aujourd’hui devenu très abordable, particulièrement si on ne s’empresse pas d’acheter le dernier modèle sorti sur le marché. Il est aujourd’hui tout à fait raisonnable d’investir dans une tablette par table.

De même, la majorité des clients d’un restaurant ont avec eux leur smartphone, un écran qu’ils affectionnent particulièrement et que les restaurateurs n’utilisent pas du tout ou très peu lorsque ceux-ci sont assis aux tables de leur établissement.

Enfin, les écrans de télévisions sont principalement utilisés pour la retransmission d’évènements sportifs, évènements entre-coupés de publicités sur lesquelles les restaurateurs n’ont aucun contrôle.

Les bénéfices du digital

En digitalisant leurs cartes, les restaurateurs se libèrent des contraintes du support papier et ainsi économisent sur les frais d’impression et mis à jour de leurs cartes. Mais ceci n’est qu’une infime partie des bénéfices qu’un support comme la tablette, le smartphone ou la télévision peuvent leur offrir.

En effet:

  • mettre en avant un produit spécifique sur la carte est possible à n’importe quel moment
  • les prix deviennent dynamiques. Pourquoi une bouteille de champagne coûterait-elle le meme prix un mardi d’une semaine quelconque que le samedi de la Saint Valentin ?
  • tout ce qui est digitalisé peut être personnalisé par rapport au contexte (évènement festif, sportif..) et/ou le profil du client (démographique, preferences historiques).
  • un support digital telle qu’une tablette reste avec le client tout au long de sa découverte des produits, ce qui n’est pas le cas d’un serveur. Imaginez le temps perdu entre le moment où un client s’assoit à table et l’apéritif qu’il a commandé lui est servi.
  • une carte des boissons interactive permet de capturer les préférences de ses clients, et ainsi d’analyser les tendances et la réceptivité de certains produits.
  • le support, de par sa nature interactive, permet de créer une relation avec les clients (par exemple en leur proposant de s’inscrire à la newsletter du restaurant)

 

La gestion des vins sur une carte tablette

Conclusion

Alors que le réveillon de la nouvelle année approche, la très chère carte sur papier des restaurants vit un moment difficile. En effet, celle-ci ne captive plus l’attention des clients, habitués aux écrans et aux interactions dynamiques et multimédias. Mais tout n’est pas perdu, puisque cette même carte peut se transformer et entrer dans l’ère du digital en offrant aux restaurateurs des opportunités unique de création de lien avec leur clients tout en simplifiant la gestion de leurs produits.